05 septembre 2005

Glandeur Nature

Glandeur Nature c'est un peu le résumé de mes vacances, voir de ma philosophie (pas la chanson de Nadya), Grandeur Nature c'est le nom du festival d'art, notamment de cinéma de plein air qui a présenté sa première édition dans le Queyras cet été... J'y pense ce soir en écoutant l'album d'Emilie Simon, bande son de la Marche de l'Empereur.

affiche_0806minidef

C'est du très grand ! Je ne vous fais pas ici le résumé, vous le trouverez sur le site www.festivalgrandeurnature.com, mais je tient à faire l'éloge des trois projection en plein air auxquelles j'ai assisté.

derniertrappeuraff_20__20copieLe Dernier Trappeur (2004)
de Nicolas Vanier avec Norman Winther , May Loo , Alex Van Bibber , Ken Bolton, Denny Denison

On a pas pu être à la conférence, avec grands regrets, car les images du film sont saisissantes et on se demande bien comme l'équipe de tournage a pu évoluer dans de pareilles conditions. L'émotion et la révolte face aux décideurs de notre monde qui détruisent peu à peu la planète constituent le fil rouge de ce film. Au premier, plan la vie de Trappeur, ça fait rêver ! Je pense que c'est celui qui m'a le plus émerveillé.
Après le film projection d'images chronos de paysages du Queyras sur les mur du Château Queyras. A oui, j'oubliais : le court métrage en début le soiré Un an le long de la route abandonnée de Morten Skallerud, voyage fantastique à travers le temps et l’espace dans le Grand Nord du cercle arctique, de très belles images avec une bonne bande son.

marchedel_27emperaff_20__20copieLA MARCHE DE L'EMPEREUR (2005)
de Luc JACQUET

Conférence en présence de Luc JACQUET et de la LPO annimé par Samy Michel (Bibliothécaire à Arvieux). Luc (pour les intimes) est un grand bonhomme, un grand scientifique, il est d'une grande simplicité et sais nous faire partager tout son humanisme.
Petite anecdote : lorsque le public lui demande les raisons qui l'ont poussé à venir dans le Queyras alors qu'il enchaîne les conférences au USA, il nous raconte qu'il a passé son BAFA à Pierre Grosse, qu'il a eu l'occasion de faire tous les sommets qui nous entourent et de tomber amoureux de ces vallées si authentiques... En évocant biensûr de sa participation à un documentaire sur la Salamandre du Viso.
Il eut aussi un débat sur le début de prise de conscience des peuples face aux graves problèmes d'écologie. Il démontre avec habilité que si ce genre de film font un carton en salle c'est bien que le public a envie d'entendre ce genre de discours car à l'air de la télévision (où l'absence d'information de ce type est flagrant) il se déplace et paie sa place de cinéma. Même au USA ! Les médias locaux sont carrémen en train de s'en emparer allant ainsi contre la politique de Bush ! Il cite d'autres films comme ceux de Michaël Moore, le Peuple Migrateur, le Cochemard de Darwin...
Le court métrage du jour, Au bout du monde, de Konstantin Bronzit, les aventures d'une maison à l'équilibre fragile posée sur le pic d'une colline, elle balance alternativement de droite à gauche au grand dam de ses habitants, très marrant !

Pour revenir au film, rien que l'écoute de la musique dans ce cadre magnifique qu'est le site de premier téléski du Queyras (et peut être même plus), le Char à Bâtons, me met les larmes aux yeux. Les images sont très belles et précises, l'histoire émouvante. Même si ce n'est "qu'un" conte, il retrace le cycle de la vie des manchots empereurs, très pédagogique donc.

peuple_migrateur_afficheLE PEUPLE MIGRATEUR (2000)
de Jacques Perrin

J'ai eu l'occasion de me mesurer à Luc Jacquet ! Très grand, un vraie bûcheron. Je voulais lui poser une question sur le terme "d'Oamok" qui désigne dans le film la terre de reproduction du manchot empereur : il me confirme que c'est un mot inventé par ses soins pour les besoin de la narration. Voir à ce sujet le site officiel du film : http://empereur.luc-jacquet.com et http://www.luc-jacquet.com...
Même si Jacques Perrin n'est pas présent à la conférence il est néenmoins le parrain du festival, son équipe est là pour le représenter. Dominique Gentil (Chef opérateur), Sylvain Bardoux (chef machiniste) et des représentants de la Ligue des Protections des Oiseaux ainsi que notre Luc international sont présent pour répondre aux interrogations du public. La préocupation majeure est de savoir si les oiseaux élevés fictivement par l'équipe du film (explication de Dominique Gentil) sont maintenant retournés à une vie sauvage d'oiseaux migrateurs. Luc nous rassure en nous faisant part de l'attention portée aux respect de la nature, évident !
Le court métrage, un chrono autour d'un port du nord, bien bien.

Les images sont d'une qualité exceptionnelle, normal me direz-vous, mais il y a quelque chose dans ce filme d'indescriptible, les plans, la pureté sont innovent. C'est un album dont on tourne les pages dans la détente la plus totale, malgrès tous les présugés, on ne s'en lasse pas ! Même si ce n'est pas objectif, les deux films étant de genres différents voici que j'ai une légère préférence pour ce film par rapport à la Marche de l'Empereur. Mais le niveau est très élevé !

queyras___b_rarde_044
A l'an prochain !

Posté par Farouba à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Glandeur Nature

Nouveau commentaire